Connect with us

Hi, what are you looking for?

Featured

CVLT Nation Interviews: DEATH ENGINE

Death Engine is a noise/hardcore-ish band from Lorient, France, and their latest release is on Throatruiner Records (even though it will only be up officially in March). You can listen to their full-length, Mud, on their bandcamp, and believe me – it’s worth it. I wanted to learn a little more about this album, so I interviewed their singer/guitarist Mik to talk about it.

We put the original version of the interview (in French) below/Version française en dessous.

First of all how are you? Your new album will be released in March, two years after the EP, what’s the next step ?

We are fine thank you. The next step is touring, also in March, right after the release of the LP.

We can see in the artwork for your Mud LP some lyrics from the last song, and the word “mud” underlined – why did you choose Mud as a title and not the whole sentence?

Hugues Pzzl, who creates our visuals, really got into the album musically and lyrically, so he submitted this idea and we liked it. It was coherent with the whole concept.

a0343587409_10

The cover (very nice by the way) reminds me of the artwork for Mappo from Sed Non Satiata, with the Rorschach test kind of design. Should we see what we want to see, or is it a specific thing?

As well as the songs themselves, the one who listens is the one who owns it, so you can see and understand everything you want to see in it.

The texture of your sound is very particular and unique, you manage to merge the ambient/noise parts with more energetic hardcore parts. How do you create that alchemy?

The sound texture is due to the tuning of the instruments, which is also directly influenced by the way we play on them. As for the alchemy, as you say, Death Engine is just four guys with various and varied influences. Sometimes mixing all of this is tough, but that’s how you create an identity. It’s important that every guy brings something recognizable with his own touch, while staying coherent for the band.

You worked with the Amaury Sauvé/Sylvain Biguet pair on this album; again, I get the feeling that this choice is becoming obvious for several bands…

It’s been a long time since they’ve worked together, though…. But yes, it was an obvious choice for us to work with Amaury Sauvé because we really liked our previous collaboration on Amen (ed: their first EP). The obviousness you’re talking about reflects his talent and professionalism. We didn’t have the same approach on Mud as we did on Amen, and he perfectly understood it the way we expected him to. As for Sylvain Biguet, we made this choice during the recording because his work on Amen pleased us. More names were put on the table, but that’s just how it turned out.

The lyrics of the clean vocal parts have been written by a different person (on “Cure” and “Mud”); was this to underline the stylistic rupture between the two voices?

Absolutely not, it is no more than just an evolution and not a rupture. There’s nothing worse than staying in one place. OL came in the band during the creation of Mud, and I wanted him to really invest himself in the writing process to make him comfortable in the band. So those parts are that came out of him, and I’m really happy about it.

The album’s lyrics are very laconic and minimalist at times, which corroborates with the titles of your tracks that rarely go over one word. You’re a supporter of the slogan “less is more”?

Absolutely, in music obviously, but also in life in general.

The album themes seem to revolve around perdition, someone who is lost both physically and mentally in the midst of everything else. Is it a character purely created, or is there some introspection in there?

I try not to intellectualize all that; music allows me a freedom that I can not find anywhere else. For instance, it allows me to use a lot of overstatements. One of the recurring themes in what I write is the enslavement of men by men. I put in there a lot of little despicable behaviors that I encounter on a daily basis. That kind of thing is funny to me….or scary….I don’t know actually.

Lyrics have to be personal at some point, but as for interpretation, everybody is free to see what they can. I do my little inventory and I mostly propose nothing, all the contrary. You’re on your own.

The hidden track “Mud” is in my opinion a real treasure, different than the rest, and it gives the end of the album a real flavor, unlike so many hidden tracks that are mostly improved demos not good enough to be on the tracklist. How did you came up with the idea for this song, and will you explore that side of your sound in the future?

It’s one of OL’s songs! It was important for us to put some respiration in the album, unlike the sultry aspect of Amen. We wanted it to make sense, not create a concept, but just something that would make sense, while every track should still have its own personality. When I heard this song for the first time, I was amazed, while he wanted to erase it.

With this band, every song is composed within a whole, but each of them has to be something of its own while still being dependent of the rest.

To go back to where we were, as soon as I heard it, there was no question for me, it was going to be on Mud. As for the future, we will surely go further in the exploration and experimentation; we can’t do otherwise, because if we do, we would just split up.

You recently released a music video for the song “Still” that relies on a visual idea, just like you did with “No Hope” two years ago. Tell us more about this side of Death Engine…

We like the “do it yourself” side of things as opposed to the tasteless videos that we see today. Creating something with next to nothing is bringing us back to reality, to something raw that is completely true to the music of the band itself. It’s OL, again, who does this, and we gave him carte blanche with a few suggestions along the way. The images are directly linked to the lyrics; there’s a lot of humor in both the text and videos….maybe it’s a bit cynical and disenchanted, but it’s definitely there.

There was a 10” LP and a tape accompanying the release of Amen. What kind of packaging do you plan for when Mud comes out?

We are currently doing a 12” vinyl in a limited edition of 100 copies, plus a tape and a CD version with a CD re-edition of Amen.

Finally, if I were to go into the library of Death Engine, what would I find?

Well, since I’m the only one who’s answering, it will not be a perfect representation of the band, but regarding my library, I stuffed myself with books about rock last year, some thrillers, history books, graphic novels…

As for movies, you could definitely find some Kubrick, Coppola, Larry Clark, the Cohen Brothers, Lynch (David and Jennifer), some new wave too, and also some Tarantino, Rob Zombie, Romero…it’s a very complex question, because it’s difficult to summarize all of it. I’m very influenced by cinema, so I’m going to do a little top 5 from what I’ve got off the top of my head: L’Armée des Ombres, Tyrannosaur, Apocalypse Now, Brazil and The Shining.

a0686705937_10

FRENCH:

Tout d’abord comment allez-vous? Votre album sortira en mars, deux ans après un EP qui a bien tourné, quelle est la prochaine étape pour le groupe? Tourner un maximum?

Nous allons bien, nous allons tourner un peu en Mars suite à la sortie du LP.


On peut voir sur votre artwork une phrase du dernier morceau avec le mot « Mud » souligné, pourquoi avoir pris simplement ce mot en guise de nom et pas la phase entière?

Hugues Pzzl qui créé nos visuels s’est imprégné du LP et des textes, il nous l’a proposé, nous avons apprécié. C’était cohérent avec le reste.

L’artwork est d’ailleurs très sympathique, il me rappelle un peu celui de Sed Non Satiata pour Mappo pour le côté test de Rorschach, doit-on y voir ce que l’on veut ou est-ce quelque chose de précis?

Au même titre que les chansons, l’auditeur doit se l’approprier, il doit y voir ce qu’il a envie d’y voir.

La texture de votre son est très particulière et très unique, et vous réussissez à parfaitement répartir les parties ambiantes/noise sans chant et les parties un peu plus hardcore rentre-dedans, comment êtes vous parvenu à trouver cette alchimie la première fois?

La texture du son est liée aux accordages des instruments et à la manière dont du coup nous les jouons. Pour ce qui est de cette alchimie comme tu dis, Death Engine est composé de 4 types aux influences diverses et variées ça en devient parfois compliqué mais c’est ce qui crée cette identité. Il est important que tout le monde s’y retrouve, que chacun recrache ses influences à sa manière tout en restant extrêmement cohérent dans la démarche.

Vous avez de nouveau travaillé avec la paire Amaury Sauvé/Sylvain Biguet pour cet album, ce choix devient presque une évidence pour pas mal de monde j’ai l’impression?

Il me semble qu’ils n’avaient pas travaillé ensemble depuis un moment … Il était évident pour nous de retravailler avec Amaury Sauvé car nous avions apprécié notre collaboration sur Amen. L’évidence dont tu parles est à l’image du professionnalisme et du talent d’Amaury. L’approche n’était pas la même que pour le EP et il a su le comprendre et le digérer. Pour ce qui est de Sylvain Biguet, le choix s’est fait durant l’enregistrement. Son travail sur Amen nous avait plu. Plusieurs noms étaient sur la table, les choses se sont finalement faites de cette manière.


Les parties en chant non crié ont été écrites par une personne différente si je ne me trompe pas (sur « Cure » et « Mud »), était-ce pour souligner une coupure stylistique encore plus appuyée ?

Absolument pas, il s’agit ni plus ni moins que d’une évolution et non pas d’une rupture. Rien de pire que le surplace, OL est arrivé dans le groupe durant l’élaboration de MUD. Je voulais qu’il s’investisse sur la composition pour qu’il s’y sente bien et c’est ce qui s’est passé. Je suis très content de cela.

Les textes de l’album sont assez laconiques voir minimalistes par moment, ce qui va de pair avec les titres de vos morceaux qui font rarement plus d’un mot, partisan du slogan « less is more »?

Absolument c’est valable dans la musique comme dans la vie.

Les thèmes me semblent tournés vers la perdition, quelqu’un de perdu physiquement et mentalement au milieu de tout le reste. Est-ce un personnage crée de toute pièce ou une y a-t-il de l’introspection?

J’évite d’intellectualiser tout ça, la musique permet une liberté que je ne trouve nulle part ailleurs. Cela permet en ce qui me concerne l’exagération. Un thème récurrent dans les textes est l’asservissement de l’homme par l’homme. Je replace souvent tout plein de petits comportements abjects, croisés chaque jour, dans d’autres situations. Ce genre de chose, c’est drôle … ou flippant … je n’en sais rien. Un texte est obligatoirement personnel quel qu’il soit. Pour ce qui est de l’interprétation chacun est libre. Je fais mon état des lieux et surtout je ne propose absolument rien au contraire, démerdez vous …

La piste cachée « Mud » est pour moi un réel bijou, vraiment différente du reste et qui donne une vraie saveur à la fin de l’album, contrairement à d’autres pistes cachées qui font parfois office de démos pas assez bonnes pour être sur la tracklist. Comment vous est venue l’idée de cette singularité et est-ce que vous êtes tentés d’explorer encore plus loin ce penchant de votre son?

C’est une chanson de OL, il était important qu’il y ait des respirations sur cet album en opposition à l’aspect suffocant de Amen, nous voulions que cela ai du sens, pas concept mais sens. Chaque titre doit avoir sa propre personnalité. Lorsque j’ai entendu ce titre pour la 1ere fois je l’ai trouvé incroyable alors que lui voulait l’effacer. Dans ce groupe une chanson se compose par rapport à un tout, chaque titre doit être dépendant et indépendant des autres. Bref pour en revenir à ce titre nous devions le faire, la question pour moi ne se posait plus à partir du moment où je l’avais entendu pour la première fois. Concernant l’avenir musical bien sûr que nous continuerons à explorer, nous ne pouvons faire autrement … ou nous nous séparerons.

Vous avez choisi de faire un clip pour « Still » qui tourne autour d’une idée graphique, comme l’avait fait également la vidéo pour « No Hope », parlez nous un peu de ce côté de votre univers.

Nous aimons le côté « fait le toi-même » en opposition à tous ces clips insipides qui sortent aujourd’hui. Le fait de créer avec 3 fois rien nous ramène finalement à une réalité, à quelque chose de très cru, ce qui s’apparente bien à la musique du groupe. C’est OL, encore lui, qui s’en occupe, nous lui laissons carte blanche, on lui fait éventuellement part de 2-3 critiques. Les images ont un lien direct avec les textes, il y a beaucoup d’humour dans les textes et les vidéos … c’est peut-être un peu cynique et désabusé mais c’est présent.


Pour Amen vous aviez opté pour un vinyle 10”, et même une version cassette, avez-vous prévu un packaging un peu spécial pour la sortie physique de Mud?

Nous faisons une version vinyle 12 ” avec une édition limitée 100 exemplaires, une version cassette et une version CD digipack avec la réédition de Amen en CD.

Enfin la petite question de fin, si j’allais dans la bibliothèque et la vidéothèque de Death Engine, qu’y trouverai-je?

Et bien je suis le seul à te répondre donc ce n’est absolument pas représentatif.
Concernant la bibliothèque, je me suis gavé de bouquins sur le rock cette dernière année, quelques polars, de l’histoire, de la bd …

Questions films tu y trouverais du Kubrick, du Coppola, du Larry Clark, du Cohen, du Lynch père et fille, de la nouvelle vague mais aussi du Tarantino, du Rob Zombie, du Romero … elle est très complexe cette question, c’est dur de résumer. Je suis très influencé par le cinéma, je te fais un petit top 5 qui me vient en tête à l’instant même: L’armée des ombres, Tyrannosaur, Apocalypse Now, Brazil et Shining.

Written By

Passion driven french redactor ready to talk about anything regarding music, cinema, literature, esotericism or any type of worthy subjects. Also part of the TCPC organization in France.

4 Comments

4 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Advertisement
Advertisement
Relapse Nothing

If you like this post and want to see more, help keep us going!
  

Adam the Apostate
Sentient 112217
WickedWoman
Black Matter Mastering
Earsplit
Advertisement

You May Also Like

Black Death

I wasn’t ready. The better part of 5 years ago, my band at the time traveled up to Richmond, VA to play a loaded...

Avant Garde

The Earth cries out. The Geotrauma is echoed in human suffering and violence. Our every utterance and effort at progress goes stifled and unheard....

Uncategorized

Steve Zing was born Steven Paul Grecco in New Jersey in June of 1964. A childhood friend of members of the Misfits – he...

Doom

Doomy sludge metal trio Bleeth‘s highly anticipated debut LP Geomancer is out now on Anti-Language Records! Hailing from Miami, FL, this band has been...